Imagining New Partnerships

Conference of the Library and Information Community of Quebec


November 3 to 5 2010
Palais des congrès de Montréal


CREPUQ Colloquium

 
 
 

Thursday, November 4th

Sous la responsabilité de Benoit Séguin, Maureen Clapperton et Hélène Larouche

Les bibliothèques universitaires québécoises : des partenaires exemplaires

Le partenariat, la collaboration et les alliances sont au coeur du développement et des actions des bibliothèques universitaires québécoises, tant à l’interne auprès des autres services et unités de l’université qu’au sein des divers réseaux de bibliothèques ou encore avec des partenaires privés. De nos jours, rares sont les projets qui voient le jour sans un cadre de collaboration. Les technologies et leurs applications ont largement contribué à ce phénomène. Pensons en particulier au développement des collections électroniques qui sont maintenant majoritairement acquises en commun, à l’exploitation des systèmes de gestion d’information, au mouvement « libre accès » avec les divers projets de mise en valeur de la production intellectuelle des universités et à l’intégration des services et des ressources de la bibliothèque dans les environnements numériques d’apprentissage (ENA). Mais de nouveaux partenariats émergent où l’expertise du personnel des bibliothèques en recherche, en gestion et en traitement de l’information est mise autrement à contribution. Cette journée vise à présenter diverses expériences en cours dans le milieu des bibliothèques universitaires québécoises afin de rendre compte des partenariats intra- et extra-muros et de leur importance grandissante dans leurs activités.



1er atelier : 10h30 - 12h - Local 510 BD - Atelier 21

Les projets en commun des bibliothèques universitaires québécoises

Le sous-comité des directeurs de bibliothèques a le mandat de favoriser le développement concerté des collections et des bibliothèques en appui à la mission d’enseignement et de recherche des universités québécoises. Bien des dossiers ont été développés en commun depuis sa création en 1963. Cette présentation vous permettra de mieux connaître l’organisation du sous-comité des bibliothèques, dressera le bilan du plan d’action 2007-2010 intitulé « Le savoir à votre portée » et dévoilera le nouveau plan triennal 2010-2013.

Maureen Clapperton, directrice, Bibliothèque Myriam et J.-Robert Ouimet, HEC Montréal


Les achats en commun et la conservation partagée des collections au sein des bibliothèques universitaires québécoises

Dans un contexte d’acquisition en lots de collections d’archives sur support électronique, est-il nécessaire ou souhaitable d’assurer, collectivement ou non, la pérennité de la conservation au Québec, au Canada ou en Amérique du Nord, d’au moins un exemplaire de la version imprimée des documents ? Si oui, quelle est la solution offrant les meilleurs garanties de conservation de ces collections dans les meilleures conditions et au meilleur coût ? Cette présentation vise à donner un aperçu de l’élaboration et de la mise en oeuvre d’une stratégie d’action commune entreprise par les bibliothèques universitaires québécoises depuis 2008 et des résultats de cette activité collective.

Christine Hiller, chargée de projet responsable des achats en commun, CREPUQ


La mise en place d'une plate-forme de développement axée sur le partage des ressources et des compétences au sein du réseau des bibliothèques de l’Université du Québec

À partir d’une expérience d’implantation d’un nouveau système intégré de gestion de bibliothèques et d’applications périphériques au sein de huit bibliothèques du réseau de l’Université du Québec, les porte-parole de ce projet présenteront les grandes orientations prises, ainsi que les principes directeurs adoptés par les acteurs de ce réseau en vue de favoriser l’émergence de pratiques axées sur le partage et la mise en commun des ressources et des compétences. Il sera donc question du modèle de gestion à caractère participatif mis de l’avant en vue d’en arriver à la mise sur pied du premier catalogue unifié dans le milieu des bibliothèques universitaires québécoises. Les divers comités et groupes de travail, leurs rôles et leur dynamique distinctive feront l’objet d’une brève description. Les défis surmontés, la structure organisationnelle mise en place et les outils de gestion définissant ces communautés de pratiques seront également au rendez-vous de cette présentation.

Denis Boisvert, directeur, Bibliothèque, Université du Québec à Rimouski

Line Cormier, directrice, Direction des bibliothèques et du soutien technologique à l’enseignement, Université du Québec

Benoit Séguin, directeur, Bibliothèque, Université du Québec à Trois-Rivières

Animation : Maureen Clapperton, directrice, Bibliothèque Myriam et J.-Robert Ouimet, HEC Montréal



2ème atelier : 14h15 - 15h45 - Local 510 AC - Atelier 26

De la cueillette de données statistiques à leur utilisation à des fins de gestion : l'expérience des bibliothèques universitaires québécoises

En activité depuis 1977, le groupe de travail sur les indicateurs de performance et les aides à la décision (IPAD) du sous-comité des bibliothèques de la CREPUQ assure la gestion du programme annuel des statistiques des bibliothèques universitaires du Québec. En plus de coordonner la collecte et la publication des statistiques traditionnelles, le groupe étudie la mise en place de nouveaux indicateurs comparatifs afin de mieux refléter les activités des bibliothèques dans l’environnement numérique. La présentation portera surtout sur ces nouvelles statistiques et leur utilité pour les gestionnaires. Également, on présentera un projet de base de données interactive développée spécialement pour la compilation et la gestion des statistiques des bibliothèques de la CREPUQ.

Sylvie Belzile, directrice, Service des bibliothèques et archives, Université de Sherbrooke

Mohamed Harti, directeur, Bibliothèque des sciences, Université du Québec à Montréal


Évaluation de la qualité des services de la bibliothèque et mise en place de plans d'amélioration

Plusieurs outils d’évaluation de la qualité des services sont couramment utilisés dans le monde des bibliothèques (p. ex. : LibQUAL+, audits, etc.). Toutefois, il est moins fréquent que les bibliothèques utilisent ces indicateurs pour apporter de véritables améliorations sur les points sensibles exprimés par les usagers. Dans cette présentation, Sylvain Champagne présentera la démarche « qualité » poursuivie à la bibliothèque de HEC Montréal depuis 2006. Celle-ci comprend : un audit de service en 2006, la tenue du sondage LibQUAL+ en 2007 et 2010 ainsi que la mise en place d’un programme d’amélioration des services.

Sylvain Champagne, directeur, Services à la clientèle, Bibliothèque Myriam et J.-Robert Ouimet, HEC Montréal


Utilisation du sondage LibQual dans les bibliothèques de l'Université du Québec

L’évaluation de la qualité des services d’une bibliothèque peut s’avérer difficile et coûteuse pour les institutions de petite et moyenne tailles. Les outils d’évaluation offerts par des organismes externes tel LibQual+ permettent à plusieurs bibliothèques d’employer des moyens d’évaluation sûrs, d’avoir accès à un bassin de données provenant d’établissements du milieu universitaire à l’échelle nordaméricaine et de profiter d’un réseau d’échange et de soutien important. Mais au-delà de l’outil, comment fait-on la promotion du sondage auprès de nos clientèles ? Et comment utilise-t-on les résultats une fois le sondage réalisé ? Nous présenterons des exemples vécus à l’Université du Québec à Trois-Rivières et à l’École de technologie supérieure.

Ève-Marie Houyoux, bibliothécaire, Service de la bibliothèque, Université du Québec à Trois-Rivières

Guy Gosselin, directeur, Service de la bibliothèque, École de technologie supérieure

Animation : Benoit Séguin, directeur, Bibliothèque, Université du Québec à Trois-Rivières



3ème atelier : 14h15 - 15h45 - Local 510 BD - Atelier 27

Projets de partenariat interne et externe

Projet « À la carte » : projet de partenariat des bibliothèques de l'Université de Montréal avec un établissement universitaire américain

Les bibliothèques de l’Université de Montréal travaillent depuis peu à la refonte de leurs guides d’aide à la recherche. Le logiciel au code source libre Library À La Carte a été retenu pour répondre à ce besoin. Créé par une équipe de bibliothécaires et une analyste en informatique de l’Oregon State University (OSU), l’outil est jeune mais prometteur et géré de manière très professionnelle par leurs créateurs. Cette expérience d’implantation d’un logiciel en libre accès nous permet d’apprendre à travailler en étroite collaboration et à faire évoluer nos compétences. Cette présentation vous permettra d’en apprendre davantage sur les forces de ce partenariat et les difficultés rencontrées.

Marilou Bourque, bibliothécaire, Direction générale, Direction des bibliothèques, Université de Montréal


Projet « Equinox » : projet de partenariat de l'Université de Montréal et l'Université Laval avec des établissements universitaires québécois et ontarien pour développer une plate-forme de diffusion de données statistiques

Le partenariat prend sa source dans les recherches initiales qui ont été menées en 2005 pour trouver un système de remplacement à SHERLOCK, le service de gestion et de distribution des données utilisé par la CREPUQ. L’équipe de la CREPUQ a examiné et comparé les systèmes de gestion et de distribution des données existants à l’époque dans divers établissements universitaires du Canada. La décision fut prise de choisir le système IDLS (Internet Data Library System) et de s’associer avec l’University of Western Ontario afin de développer un nouveau système bilingue de gestion et de distribution des données tirées des fichiers rendus publics dans le cadre de l’Initiative de démocratisation des données de Statistique Canada (IDD). La mise en place du système Equinox a permis aux partenaires de mettre au point des services de meilleure qualité pour les étudiants, les professeurs et les chercheurs des universités et des collèges du Canada. La présentation soulignera les points forts et les difficultés d’un développement en partenariat à distance : travaux d’alimentation et d’enrichissement de la base de données, amélioration de l’interface de recherche, organisation du contenu en fonction des besoins des utilisateurs, formation, visuel.

Maryna Beaulieu, responsable service à la clientèle, Direction des bibliothèques, Bibliothèque des lettres et sciences humaines, Université de Montréal


Projet « Doctorant / bibliothécaire » : projet de partenariat des bibliothèques avec une faculté à l'Université de Montréal

Les étudiants au doctorat proviennent d’horizons divers et leurs compétences informationnelles sont très variables; ils ont cependant pour dénominateur commun d’avoir des besoins très pointus en matière de recherche. Les formations de groupe se prêtent mal à ce contexte et la solution d’offrir un service personnalisé allant au-delà d’une offre passive de rencontres individuelles a fait germer l’idée de structurer un programme d’accompagnement individuel. Après avoir conçu les bases du programme de jumelage doctorant/bibliothécaire, des contacts ont été faits auprès des instances des cycles supérieurs de la Faculté de droit afin d’obtenir leur assentiment et leur appui dans les représentations du programme auprès des doctorants. Établi depuis maintenant deux ans, le programme doctorant/bibliothécaire a déjà enrôlé la très grande majorité des nouveaux doctorants malgré le fait que le service soit offert sur une base volontaire et non crédité. Le partenariat avec la Faculté s’avère un atout essentiel : en promouvant le service de concert avec nous, il nous ouvre toute grande la porte, ce qui incite les doctorants à répondre à notre invitation. Nous le verrons lors de la présentation, plusieurs bénéfices ressortent de cette expérience, tant pour la bibliothèque que pour les doctorants et la Faculté.

Linda Patry, directrice par intérim, Bibliothèque de droit, Université de Montréal


Repenser la relation bibliothécaires-professeurs : 8 ans de délocalisation à l'UQAC

Le concept de délocalisation a été développé il y a plus de huit ans par un conseiller en information documentaire qui cherchait un moyen d’amener les professeurs à utiliser davantage les services de la bibliothèque. La délocalisation a vraiment pris son envol il y a environ trois ans avec l’entrée en fonction d’un conseiller délocalisé en permanence. Actuellement, trois des huit conseillers de la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet sont délocalisés en permanence. Être délocalisé pour un conseiller, c’est avoir un bureau uniquement au département et ne venir à la bibliothèque que pour travailler avec ses collègues, pour participer à différents groupes de travail ou pour rencontrer un usager qui a besoin d’aide. Être délocalisé, c’est se spécialiser dans une discipline et faire partie de l’équipe du département pour ainsi mieux cerner les besoins des usagers. De plus, c’est travailler en collaboration étroite avec les professeurs pour développer les collections et favoriser le développement des compétences informationnelles des étudiants. Être délocalisé, c’est aussi offrir un service de référence à deux endroits, le technicien à la bibliothèque et le conseiller au département. Bien que la délocalisation soit appréciée par les départements et les conseillers qui y participent, il y a plusieurs raisons pour lesquelles le concept ne peut pas s’appliquer à tous les départements. La communication présentera les avantages de la délocalisation, les freins à son expansion et les facteurs de réussite d’une telle démarche.

Marie-Ève Ruest, responsable, Division du développement des collections et de l’accès à l’information, Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, Université du Québec à Chicoutimi


Le bibliothécaire in situ : projet de partenariat avec le Département de science politique de l'Université de Montréal

Avec le développement d’Internet, il est maintenant possible pour la communauté universitaire de profiter de nombreuses ressources des bibliothèques sans nécessairement avoir à y mettre les pieds. Le rôle des bibliothécaires s’en trouve changé, car ils ne peuvent plus se contenter d’attendre que l’on sollicite leurs services; ils doivent maintenant aller au-devant des demandes et promouvoir leur expertise au sein de leurs clientèles. C’est dans ce contexte qu’un projet pilote de partenariat entre la Bibliothèque des lettres et sciences humaines (BLSH) et le Département de science politique a été mis sur pied à l’Université de Montréal. Ainsi, à tous les mardis et jeudis de la session d’hiver 2010, le bibliothécaire disciplinaire de science politique était présent dans les locaux du département pour une période de deux heures. Professeurs, chargés de cours et étudiants pouvaient de cette manière obtenir aide et soutien dans leurs recherches d’information. Cette initiative, en plus de répondre aux besoins ponctuels des étudiants et du personnel enseignant, a permis de mieux faire connaître les services offerts au sein des bibliothèques ainsi que de développer de nouvelles formes de collaboration entre professeurs et bibliothécaires.
La communication présentera les grandes lignes du projet et traitera des effets qu’il a entraînés. La question des conditions de réussite et des difficultés qu’il est possible de rencontrer lors de la planification d’une telle entreprise sera elle aussi abordée.

Mathieu Thomas, bibliothécaire, Bibliothèque des lettres et sciences humaines, Université de Montréal


Partenariat avec des services ou départements. Intégration transversale de collections (LAM) et accès à des banques d'images

Afin de faciliter l’accès aux collections muséales de l’Université et de permettre une utilisation plus efficace des collections de diapositives de la Bibliothèque, la BUL a intégré au catalogue de la bibliothèque l’accès aux objets de la collection muséale et développé, à l’aide du logiciel Alfresco, un accès et une utilisation souples — dans le respect des droits d’auteur — à ses banques de diapositives. Rapport d’expérience.

Marianne Demers-Desmarais, spécialiste en ressources documentaires, Bibliothèque — Sciences humaines et sociales, Université Laval

Animation : Denis Boisvert, directeur, Bibliothèque, Université du Québec à Rimouski



4ème atelier : 16h15 - 17h45 - Local 510 AC - Atelier 31

The Library as Partner in the Academic Enterprise

What defines a partnership between the academic library and other university departments? This presentation will suggest that the library might need to move beyond its traditional supporting roles for the teaching and research functions of the university towards a deeper engagement in those functions, and beyond occasional collaborations and special projects toward long term, strategic alliances with other academic units. Examples of strategic alliances will be taken from recent developments at Concordia, where the library has been partnering with the Office of Research, the School of Graduate Studies, the Concordia Students Union and the School of Extended Learning to strengthen its contribution to the university’s mission.

Gerald Beasley, University Librarian, Concordia University


Partnering with the Library to deliver Skills for Success in University Study

The School of Extended Learning partnered with Concordia University Libraries to deliver an innovative and highly successful pilot course, « Skills for Success in University Study », to approx. 800 students over 2 semesters last year. This Complementary University Credit Course was jointly delivered by part-time teaching faculty plus a team of 11 full-time librarians who taught information literacy skills based on a course outline developed within the library. Dean Burke and Gerald Beasley will present this ongoing partnership from the perspective of their respective units.

Noel Burke, Dean, School of Extended Learning, Concordia University

Gerald Beasley, University Librarian, Concordia University


Partenariat avec les clientèles : le RVMWeb

La Bibliothèque de l’Université Laval a développé un nouveau site Web pour faciliter l’utilisation des produits et services reliés au RVM. Grâce à l’implantation du RVMWeb, nous avons multiplié les modes d’accès et de consultation du RVM et nous avons optimisé le module de traduction automatisée des vedettes-matières, en lot ou à la pièce. Enfin, nous avons regroupé toutes les informations et guides concernant le RVM en utilisant les technologies du Web 2.0 afin de faciliter l’interaction avec la clientèle. Compte rendu d’expérience et démonstration.

Jo-Anne Bélair, chef, Section du répertoire des vedettes-matière, Bibliothèque, Université Laval

Sébastien Nadeau, analyste de l’informatique, Bibliothèque, Université Laval

Animation: Benoit Séguin, directeur, Bibliothèque, Université du Québec à Trois-Rivières



5ème atelier : 16h15 - 17h45 - Local 510 BD - Atelier 32

Projets de partenariats interne et externe

Mobiliser 50 322 personnes autour d'un projet !

Les bibliothèques de l’Université de Montréal se permettent de rêver ! Elles inviteront les membres de la communauté UdeM à se joindre à elles pour imaginer « la Bibliothèque idéale » au cours de l’automne 2010. Au programme de cette présentation : un rapide survol des étapes accomplies, le point sur l’avancement de la démarche et un bilan préliminaire.

Richard Dumont, directeur général, Direction des bibliothèques, Université de Montréal


La bibliothèque de l'UQAT et du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue : fruit d'une collaboration stratégique

Les lignes de convergence entre l’UQAT et le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue (CAT) sont évidentes autant sur le plan de la complémentarité de la plupart des programmes d’études offerts que sur le plan des créneaux de développement priorisés par les deux institutions. Concernant les services de la bibliothèque, ils sont dispensés simultanément aux deux institutions selon un modèle unique de partage des coûts mis en place depuis l’année scolaire 1996-1997, ce qui permet de desservir ses usagers dispersés présentement sur trois campus (Amos, Val-d’Or et Rouyn-Noranda) mais aussi sur plusieurs autres points de service (La Sarre, Ville-Marie, Senneterre, Chibougamau, Mont-Laurier, Longueuil, etc.). C’est dans ce contexte que la bibliothèque UQAT-CAT a présenté, à l’automne 2008 dans le cadre du Programme de collaboration universités-collèges du MELS, le projet RENARD (Réseau d’environnement numérique d’apprentissage et de recherche documentaire). Le projet RENARD a pour objectif de résoudre ce défi complexe : proposer un modèle de fonctionnement qui garantisse une qualité uniforme de services déployés sur un territoire toujours plus vaste tout en maintenant des services de proximité permettant à la bibliothèque de conserver la nature profondément humaine de ses interventions. Pour y parvenir, la bibliothèque UQAT-CAT cherche à mettre en pratique des outils électroniques d’accès à distance, entend renouveler et développer de nouvelles collections (p. ex. : Premières Nations) et de nouveaux outils de travail en lien avec les créneaux priorisés par les deux institutions partenaires. De plus, elle prévoit explorer de nouvelles pistes de collaboration avec d’autres organismes comme, par exemple, les bibliothèques municipales ou les centres d’archives.

François de la Chevrotière, directeur, Bibliothèque, Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue et de l’UQAT


Utilisation de Drupal pour soutenir le travail collaboratif dans le réseau des bibliothèques de l'Université du Québec : Biblio-TC

En 2008, un site collaboratif a été mis sur pied pour faciliter les échanges entre les membres des groupes de travail des bibliothèques des établissements du réseau de l’Université du Québec. Le système de gestion de contenu Drupal a été sélectionné pour produire celui-ci. Cette communication présentera les orientations choisies, un survol des éléments techniques qui ont permis leur application ainsi qu’un retour sur son utilisation.

Dominique Papin, analyste en systèmes de documentation, Université du Québec


Numérisation de cartes d'utilisation du sol : un projet d'intérêt commun

Présentation d’une brève description du projet de la Cartothèque, réalisé en partenariat avec le Département de géographie de l’UQAM : numérisation de plus de 2 000 cartes d’utilisation du sol de la Ville de Montréal. Les deux services rendent ainsi disponible à la communauté de l’université une version numérique de la précieuse collection de la Cartothèque, abondamment utilisée.

Micheline Picard, Cartothèque, Université du Québec à Montréal


Partenariat avec des centres de recherche. Diffusion des données brutes de recherche. Projet Ex situ

La bibliothèque de l’Université Laval travaille en partenariat avec le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ) au développement d’un projet diffusion de données brutes de recherche. Le projet vise à rendre accessibles — dans le respect des droits d’auteur — les dossiers utilisés par les chercheurs lors de la création du Dictionnaire des oeuvres littéraires du Québec. La BUL a été approchée dans le but d’assurer la pérennité du projet et de partager les expertises dans le développement de bases de données.

Rida Benjelloun, analyste de l’informatique, Bibliothèque numérique et technologies de l’information, Université Laval


Partenariat avec le milieu de l'éducation : Profori - Projet de collaboration entre la Bibliothèque de l'Université Laval et les bibliothèques collégiales de la région de Québec

Dans le cadre du programme de soutien financier à l’intégration des divers ordres d’enseignement, la BUL, en collaboration avec les cégeps de la région de Québec, a proposé un projet d’harmonisation de la formation documentaire. Dans un premier temps, il s’agissait de développer un profil et un continuum de compétences pour les deux ordres d’enseignement et de répondre aux besoins les plus manifestes, celui de la formation des formateurs, d’une part, et celui de l’expérimentation de nouvelles pratiques pédagogiques, d’autre part.

Brigitte Belzile, conseillère en formation, Université Laval

Alexandra Lavallée, responsable bibliothèque, Cégep Limoilou

Animation : Denis Boisvert, directeur, Bibliothèque, Université du Québec à Rimouski



 
 

nomad interactif : marketing + web